« Les navigateurs sont finis. »

L’excellent John Gruber a déniché cet article de Dave Winer, bloggeur et père du format RSS, intitulé sobrement « Mozilla == Osborne?« . Dans cet article, il se demande si Mozilla n’est pas en train d’être victime de l’effet Osborne.

La société Osborne Computer Corp est célèbre pour s’être suicidée en 1983 en annonçant un nouveau produit avant qu’il ne soit prêt à sortir, tuant ainsi leur vache à lait (leur précédent produit), tuant alors leurs revenus, puis eux-mêmes.

J’ai bien peur que Mozilla soit en train de faire ça avec Firefox.

Je suis plutôt d’accord avec lui. Et il continue en enfonçant le clou sur le statut des navigateurs en général.

Le problème pour Mozilla, s’ils choisissent de voir ça comme un problème, c’est que les navigateurs sont finis. Toutes les fonctionnalités sont là. Personne ne peut imaginer quoi que ce soit à ajouter qui intéresse quelqu’un, parce qu’il n’y a plus de fonctionnalités à ajouter. Malheureusement, cela arrive à des tas de catégories de produits. C’est arrivé avec les logiciels de traitements de texte il y a 20 ans. Les feuilles de calcul, a peu près au même moment. Windows était fini quand XP est sorti. Mac OS, c’est fini aussi. Je n’ai pas utilisé la moindre des nouvelles fonctionnalités. Et par « nouveau » je veux parler de fonctionnalités introduites ces 8 dernières années environ.

Les logiciels ont des cycles de vie. Ils arrivent à un point où tout ce dont ils ont besoin c’est de la maintenance. S’assurer qu’ils tournent sur de nouvelles machines. Corriger les problèmes de sécurité remontés. Optimiser. (Firefox en aurait bien besoin !) Des toutes petites modifications presque imperceptibles.

Là, je suis plus partagé. D’un côté, mon travail d’intégrateur me rends partial, et j’ai hâte de pouvoir utiliser Canvas, des animations CSS3, des formulaires HTML5 sur de vrais projets clients, grâce à des navigateurs modernes. Mais d’un autre côté, en tant que simple internaute, ça ne m’apportera (presque) rien de nouveau. Je peux déjà jouer à des mini-jeux, voir des animations, ou vérifier les champs de mes formulaires avec des technologies vieilles de 10 ans. La facilité que HTML5 m’apporte en tant que développeur ne m’apporte (presque) rien en tant qu’utilisateur.

  1. Prélude, le

    Dire qu’un produit est en fin de cycle de vie revient à dire que l’on a plus d’idée pour faire évoluer ce produit.
    Chrome est un exemple de nouveau produit. Même si la base reste la même.
    Je suis persuadé qu’il y aura de grands esprits pour nous sortir quelque chose d’innovant.

  2. Sventovit, le

    Je comprends rien à cet article. Les navigateurs terminés ?
    Le navigateur sera l’OS quand HTML5 sera enfin normé… il y a encore du chemin à parcourir.
    Ce n’est pas la fin c’est le début.

  3. emdauphu, le

    Les navigateurs évolueront avec les avancées technologiques… Qu’elles soient sous-jacentes ou périphériques. C’est vrai que rien ne changera maintenant que tout le monde se rue sur le tactile ou sur la 3D. Je pense que cette vision est un peu limité et revient à dire que les sites webs n’évolueront pas et que les designs et les types de contenu n’auront pas de successeurs. (on pourrait aller encore plus loin mais ce n’est pas nécessaire je pense)

    En plus, sans vouloir les défendre, on ne cessera jamais de le répéter mais Mozilla est à but non-lucratif ; Apple, Google, Microsoft et Opera sont des sociétés commerciales cotées en bourse. Ça donne quoi l’effet Osborne sur une association sans but lucratif ?

    Attention à ce que tu écris, faire du sensationnel, ça ne s’improvise pas.

  4. emdauphu, le

    Par exemple : https://developer.mozilla.org/en-US/demos/detail/css-tricks/launch
    C’est intéressant ça. :)

    Effectivement, peut être que l’on n’aura pas beaucoup de nouveau bouton ou menu dans l’interface (quoi que…) mais les navigateurs n’ont pas fini d’évoluer. A moins qu’on ne les remplace par autre chose mais ils m’ont l’air quand même bien liés au web…

  5. Rémi, le

    Il faut bien saisir la nuance de l’article original, qui indique qu’on arrive au bout des fonctionnalités des navigateurs, mais en aucun cas qu’on va s’en passer. Et il faut bien différencier aussi les fonctionnalités d’un logiciel, et son interface. Si on mets de côté la mise à jour des moteurs de rendu des navigateurs vers HTML5, et la finition de l’interface (dont Chrome est le porte drapeau), il n’y a plus aucune nouvelle fonctionnalité dans les navigateurs aujourd’hui (ou alors des trucs vraiment gadget comme Panorama dans Firefox 4 ou le Readability-like du prochain Safari).
    Il faut aussi bien faire la différence avec la nouvelle génération d’OS qui arrive, basée uniquement sur le web (Jolicloud et chrome OS en tête).
    Il faut enfin bien faire la séparation entre les navigateurs, et les sites web. Si on arrive au bout des fonctionnalités des navigateurs, les sites web ont eux énormément de progrès à faire, et le futur s’annonce plutôt prometteur.

    @emdauphu : Je crois que tu confonds la Mozilla Foundation (l’association à but non lucratif qui s’occupe de l’organisation de la structure, de la promotion de l’open source et de la propriété intellectuelle de Mozilla) et sa filiale la Mozilla Corporation (la société à but lucratif qui emploie 250 personnes pour développer Firefox, et qui brasse des millions de dollars chaque année). A l’opposé, Google, Microsoft et Apple ne gagnent pas un centime avec leurs navigateurs respectifs. Ca leur sert juste d’outil marketing, et ça leur permet d’asseoir leur image de marque.

  6. Michael, le

    Il y a beaucoup de vrai et un peu de faux également, dans ce que tu dis.
    Certaines innovations sont en effet imperceptibles par les internautes.

    Mais si demain nos navigateurs supporteront de lancer des jeux vidéos aussi élaborés que Crisys (et ça viendra, j’en suis sûr) ou qu’ils intégreront l’ensemble des mécanismes d’interconnexion au « cloud », ou encore qu’ils remplaceront l’ensemble des application