En 2012, Google pète un câble

Depuis le début de l'année, j'ai l'impression que chaque semaine voit son lot de nouveaux scandales autour de Google. En voici une petite liste non exhaustive :

  • Google a monté une vaste escroquerie au Kenya pour se faire passer pour un annuaire local et inciter les entreprises à créer un site sur l'équivalent du très mauvais "Mon entreprise en ligne". (source)
  • Des employés de Google ont été surpris en train de vandaliser les données d'OpenStreetMap. (source)
  • Google a pénalisé Chrome dans ses résultats de recherche, lui faisant perdre 0,17% de parts de marché en janvier, après avoir violé ses propres règles de SEO pour promouvoir Chrome. (source)
  • Google a changé sa politique de respect de la vie privée, les autorisant à faire du croisement de données entre tous leurs services pour mieux vous profiler. Si vous n'êtes pas d'accord, vous n'avez aucune possibilité de refuser ce changement de politique. (source)
  • Google favorise désormais les résultats de son propre réseau social, Google+, au détriment de la pertinence et de la neutralité de son moteur de recherche (source)
  • Larry Page aurait dit à ses employés : "Comprenez Google+ ou partez"
  • Google contourne les préférences de vie privée de Safari et d'IE pour continuer de vous traquer. (source)
  • Google a supprimé les liens de ses logos pour revenir à l'accueil, le b.a.-ba de l'ergonomie depuis la nuit des temps. (source)

Et on est que le 53ème jour de 2012. Google devrait relire son propre code de conduite.