HTeuMeuLeu

« Bobbie had a Nickel »

Vu sur Twitter, un long article sur Marissa Mayer et Yahoo, avec notamment cette anecdote invraisemblable.

Près de 4000 employés de Yahoo étaient assis et attendaient que Marissa Mayer arrive pour s’expliquer. […]

Mayer pris une grande respiration. Elle salua tout le monde. Elle leur rappela la confidentialité de cette réunion. Elle déclara avoir parcouru leurs questions, et qu’elle avait quelque chose qu’elle voulait leur lire. Elle tenait un livre dans ses mains. Un livre pour enfant. « Bobbie had a Nickel ».

Elle commença à lire.

« Bobbie avait un nickel rien que pour lui. Devait-il acheter des bonbons ou un cône glacé ? »

Mayer leva le livre, pour montrer aux employés les illustrations.

« Devait-il acheter une pipe à bulles ? Ou un bateau en bois ? »

Une autre illustration.

« Peut-être, quand même, qu’un petit camion serait mieux que tout ! »

Les employés présents dans la salle échangeaient des regards. À leurs bureaux, les employés à distance devenaient embrouillés.

Que faisait Mayer ?

Elle continua à lire.

« Bobbie s’assit et se demanda, Bobbie s’assit et pensa. Quelle pourrait être la meilleure chose qu’un nickel puisse acheter ? »

Mayer sembla sauter quelques pages. Elle lu, avec un peu d’agitation dans sa voix :

« Il pourrait s’acheter un sac de fèves ou une toupie. Il pourrait s’acheter un moulin à vent à offrir à son petit frère. Ou devrait-il s’acheter, se demande Bobbie, une petite boîte à crayons ? »

Mayer semblait lire avec une réelle frustration maintenant, comme si toute la colère et confusion de la salle s’en irait si tout le monde comprenait l’histoire qu’elle lisait à voix haute.

« Bobbie pensa, et soudain une idée brillante lui vint », Mayer lu, atteignant la dernière page du livre.

« Il dépensa son nickel comme ça… »

Mayer leva le livre pour montrer sa dernière illustration. C’était un dessin d’un petit garçon roux à cheval sur un manège.

Quasiment personne ne pouvait voir la page.

Personne ne compris ce que Mayer essayait de dire. […]

C’est quand Mayer est montée sur scène, s’est assise sur sa chaise, et leur a lu un livre pour enfant, en leur montrant les illustrations comme si elle était une maîtresse d’école et qu’ils avaient tous six ans. Plus tard, elle expliqua qu’elle avait lu ce livre parce qu’elle voulait dire que ce qui comptait le plus dans la vie était les expériences, et que son expérience chez Yahoo était fantastique jusque là.

« So yeah, I’m fucking busy. »

Dans sa dernière newsletter envoyée hier, Louis CK s’excuse longuement d’envoyer beaucoup plus de newsletters récemment pour promouvoir sa nouvelle série. J’ai beaucoup aimé ce paragraphe.

Vous vous demandez peut-être, ou avez envie de me demander, mais à l’intérieur de vous même, « Pourquoi est-ce que tu ne laisses pas les gens se désinscrire d’une liste dédiée aux e-mails de Horace and Pete ? ». Et bien, le fait est que j’ai demandé à mes gens du web de créer des options de catégories pour mes listes d’e-mails. Et pour être juste avec eux, ils ont fait exactement ça. Et ils m’ont envoyé un e-mail il y a quelques jours, me montrant ces options et me demandent de les tester et de les valider. Et je n’ai pas regardé. Parce que je suis très occupé en ce moment à faire plein de choses comme, par exemple, emmener mes enfants à l’école le matin, aller les chercher plus tard, demander poliment au chien de ne pas mâcher des choses, construire un abri anti-Trump comme tout le monde, créer et payer pour une série télévisée et vous la distribuer directement. Donc oui, putain, je suis occupé. Désolé d’être vulgaire.

J’ai arrêté de compter le nombre de projets qui ont glissé à cause de clients trop occupés pour répondre. Mais Louis CK illustre parfaitement à quel point répondre à des « gens du web » n’est pas une priorité. Et c’est peut-être aussi bien comme ça.

La dette d’idées

Vu sur Hacker News, le concept de « dette d’idées » présenté par Jessica Abel.

La dette d’idées est quand vous passez trop de temps à vous représenter à quoi un projet va ressembler, trop de temps à penser à quel point ça va être génial de l’avoir terminé et livré au monde entier, trop de temps à imaginer à quel point vous aurez l’air cool, à quel point tout le monde va vous demander, combien d’argent vous allez vous faire. Et beaucoup trop peu de temps à faire le projet.

C’est tout moi, ça. J’ai des tas d’idées de projets, d’articles, de choses vers lesquelles j’aimerais me lancer. Mais je passe une bonne partie de mon temps à rêvasser et imaginer les suites de ces idées une fois lancées plutôt que n’en réaliser ne serait-ce qu’une seule.

Parfois même, j’en parle à des gens, peut-être en espérant avoir des retours me motivant davantage. Je me suis rendu compte après ma conférence à Paris Web en 2014 que j’avais déjà parlé de l’idée de cette conférence à quelqu’un en 2012. C’est dans ce cas plutôt satisfaisant de se rendre compte qu’on a réussi à passer à l’action, même s’il a fallu du temps.

Et j’aime vraiment l’écho que l’expression « dette d’idées » fait à l’expression de « dette technique ». La façon dont je vois les choses, la dette technique nous freine dans le présent à cause du passé. La dette d’idées nous freine dans le présent à cause du futur.

Two product principles often forgotten

J’ai enfin lu cet article gardé dans mes favoris depuis le mois dernier sur le design de produit et le design itératif. La conclusion est très bien :

Vous ne pouvez pas devenir bon dans quelque chose sans avoir la liberté d’y être mauvais pour commencer. Si vous croyez que chaque idée que vous présentez doit avoir l’air géniale, ne soyez pas surpris si vous n’en avez que très peu. Si vous en avez très peu, ne soyez pas surpris si vous en choisissez une mauvaise. Quand vous choisissez une mauvaise idée, l’itération ne la rendra pas bonne, ça la rendra juste achevée.

La publicité n’est pas le modèle économique du Web

Aujourd’hui, Brendan Eich (co-fondateur de Mozilla et créateur de JavaScript) a présenté sa nouvelle société et un nouveau navigateur basé sur Chromium : Brave. Et j’ai tiqué en lisant une partie de son annonce.

Tout le monde parle du blocage de publicité. Les bloqueurs peuvent rendre l’expérience utilisateur du Web bien meilleure. Mais comme l’a noté Marco Arment, ça ne semble pas juste pour de nombreuses personnes. C’est comme du parasitisme, ou même comme le début d’une guerre. Vous ne cliquez peut-être jamais sur une publicité, mais même réaliser l’affichage d’une publicité peut avoir une petite valeur. Avec suffisamment de personnes qui bloquent des publicités, le modèle de financement principal du Web est en péril.

Selon moi, la publicité n’est pas le modèle économique du Web. À vrai dire, je pense que le Web n’a pas de modèle économique. Dire que la publicité est le modèle économique du Web, c’est comme dire que la prostitution est le modèle économique de l’Amour.

Cependant, certaines sociétés ont effectivement fait le choix de la publicité comme principal modèle économique sur le Web. C’est le cas notamment de certains sites de presse, dont le financement tient désormais à un énième article sur Nabilla, Apple, ou je ne sais quel sujet qui va pouvoir générer un maximum de pages vues. D’autres ont toutefois eu le courage de dire merde à la pub.

Ça va faire près de vingt ans que j’ai accès au Web. Et quasiment autant de temps que j’écris, partage, et publie gratuitement du contenu en ligne. Je n’ai pas vraiment de modèle économique dans tout ça. Je le fais parce que ça me plaît. Je le fais parce que j’apprends du retour des autres. Je m’enrichis, mais pas financièrement. Et ça vaut largement la quarantaine d’euros annuelle en hébergement que me coûte ce présent blog.

Et je crois que depuis le début, ce qui m’a toujours plu dans le Web, c’est de lire le blog de monsieur et madame tout le monde. De lire une page écrite par quelqu’un il y a des années. C’est ce « petit tricot universel », comme le dit si bien Marie Guillaumet, auquel chacun peut participer, que ce soit à travers un tweet, un article, une vidéo, une chanson…

Je fais le rapprochement de tout ça avec ce dernier article de Mike Monteiro sur les quinze ans de Wikipedia.

Un bourdon ne peut pas voler.

On m’a énoncé ce fait par les soeurs de Saint Joseph en grandissant à l’école catholique. Comme de nombreux autres enfants. C’est dit comme un témoignage de Dieu au dessus de la science. Selon l’histoire, les scientifiques et experts en aérodynamisme se sont rassemblés, ont fait des calculs et ont réalisé qu’avec sa masse et son envergure, un bourdon n’était pas capable de générer la poussée nécessaire pour s’élever. En d’autres termes : un bourdon ne peut pas voler. Il est trop gros et ses ailes sont trop petites.

Wikipedia ne peut pas exister.

Une collection du savoir humain. Rassemblée par les humains. Pour les humains. À travers le monde. De manière décentralisée. Une organisation à but non lucratif auto-policée fondée par la bonté des autres. Impartiale. Et construite sur un wiki. Où chaque décision est infiniment débattue en comité. En d’autres termes: Wikipedia ne peut pas exister. C’est trop ouvert et ça ne rapporte pas d’argent.

Sauf que ça existe. Et ça existe depuis quinze ans. Quinze merveilleuses années d’humains rassemblant l’histoire de tout ce que l’on sait, de sorte à ce que d’autres humains ne l’oublient pas. Quinze ans de gestion de notre mémoire collective. Quinze ans où l’on s’assure que l’on puisse raconter nos propres histoires. Quinze ans où votre voie a autant d’importance que celle d’un autre. Quinze ans où le peuple rassemble l’histoire du peuple. 28% de la planète vivant aujourd’hui n’ont jamais connu un monde sans Wikipedia.

C’est l’histoire de Twitch Plays Pokemon encore et encore.

Il y a une réplique dans Scrubs où le Dr. Cox dit :

Je suis sur pratiquement sûr que si on enlevait tout le porno sur internet, il ne resterait plus qu’un seul site web, et il s’appellerait « Qu’on nous ramène le porno ! ».

Je suis pratiquement sûr que si on enlevait toute la publicité du Web, il resterait plein de sites très bien.